• Sève

L'allergie aux pollens, vous connaissez ?

Mon expérience


Dans le Sud de la France, au printemps, j’ai découvert le soleil précoce et ce vent, parfois très violent, le mistral. Je me suis mise à pleurer, à me moucher, à éternuer. Je cours chez mon généraliste : diagnostic, je suis allergique. Je prends donc des traitements pour stopper les effets indésirables… Mais tous les ans, ça recommence.

Le vent apporte le beau temps en chassant les nuages mais transporte aussi beaucoup de pollens. Alors que faire ?



Quelques informations et conseils

Qu’est-ce que c’est?

La rhinite allergique ou saisonnière ou « rhume des foins » est une inflammation des muqueuses du nez, des sinus et des yeux. Elle est déclenchée par une réaction excessive du système immunitaire en présence d’un élément (pollen, acarien). Et elle se déclare le plus souvent au printemps, période où il y a plus de pollens mais elle peut sévir toute l’année dans certaines régions, selon la flore.

Les crises sont franches dès le contact avec l’allergène, avec éternuements coup sur coup, obstruction nasale, écoulement de liquide clair. Cette réaction montre que le corps essaie de bloquer l’entrée des pollens et de mettre à l’extérieur ceux qui sont déjà rentrés. C’est un signal d’alerte. Votre corps fonctionne bien, mais ce n’est pas agréable, j’en conviens.


Eviter le contact avec l’allergène

Connaître son ennemi

Pour anticiper ces effets, on peut noter les périodes où elles arrivent. Ensuite regarder sur des sites internet les plantes qui diffusent leur pollen à ce moment-là dans la région où vous résidez et en déduire celles qui vous posent problème (https://www.pollens.fr/bulletin-alerte/bulletin-alerte).

Vous pouvez aussi faire appel à un allergologue pour faire un dépistage.


Quelques réflexes à prendre

- Eviter de sortir les jours de vent car ce sont les vents qui transportent les pollens. Dame nature permet ainsi qu’ils se disséminent.

- Penser à utiliser notre nouvel ami, le masque, même en promenade du dimanche à vélo ou pendant votre footing car il nous protège des virus mais aussi des pollens. Chance !

- En voiture, rouler les fenêtres fermées et utiliser la ventilation ou la climatisation seulement en mode recyclage d’air (filtre à pollens contrôlé avant la saison).

- Connaître les espèces qui posent problème, savoir les reconnaître et s’en tenir éloigner… Déjeuner près d’un cyprès au printemps ne me réussit jamais.

- Certains préconisent même de faire sécher son linge à l’intérieur, de se changer en rentrant et de se rincer les cheveux le soir avant de dormir pour éviter d’infester son logement. Contraignant mais pourquoi pas ?

- Aérer son logement tôt le matin (s’ il n’y a pas de vent).

- Plusieurs fois par jour, se rincer les yeux et le nez au sérum physiologique ou à l’eau pour éviter que les pollens ne pénètrent.


Et le Shiatsu dans tout ça ?


En Médecine traditionnelle Chinoise l’allergie est une maladie du Vent (lié au printemps, pollens apportés par l’air) qui attaque le système respiratoire qui appartient à l’organe Poumon couplé avec le Gros-Intestin. Il est important de soutenir son corps en choisissant une alimentation qui protège ces organes à cette période.


Alimentation


- Réduire voir supprimer les produits laitiers pendant cette période. 40 % des gens voient une diminution des symptômes, ça vaut le coup d’essayer pendant 3 semaines et de juger par soi-même. Et vous reprendrez après les pollens, surtout si vous adorez le fromage comme moi.(1)

- Réduisez aussi les céréales blanches (blé, riz blanc) et essayer les demis-complètes ou complètes plus riches en oligo-éléments.

- Eviter les viandes rouges, les fritures et les aliments industriels.

- Consommer des aliments qui sont des anti-inflammatoires naturels :

Curcuma, oignon, ail, épinard, asperges, côtes de blettes, poireaux, petits pois et autres légumes verts de saison, …, courges, maquereaux, huîtres, cannelle, myrtille, thé vert.


Passez un bon printemps.

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout